alt

 

 

     Le siy?m khus?s al khus?s (le jeûne de l'élite de l'élite) est le jeûne du cœur qui se détourne des préoccupations mondaines et des pensées vaines et qui fuit tout autre qu'Allah (swt).
     La rupture est réalisée lorsque la pensée se porte sur un autre qu'Allah, ou sur autre chose que le Jour du Jugement Dernier. A titre d'exemple, le simple fait de s'inquiéter de ce avec quoi l'on va rompre le jeûne met un terme au siy?m khus?s al khus?s, car il s'agit là d'un manque de confiance en Allah qui a promis la subsistance. On voit l'exigence de ce niveau de jeûne, il n'y a donc pas grand choses d'autre à préciser, il se résume à l'orientation exclusive du cœur vers Dieu.

     Quant au siy?m al khus?s (le jeûne de l'élite) qui consiste à préserver du péché la vue, l'ouïe, les mains, etc., il est rendu parfait par 6 dispositions :

- La première est de baisser le regard et de se soustraire ainsi à la considération de tout ce qui est blâmable et réprouvé, et de tout ce qui préoccupe le cœur et le distrait du souvenir de Dieu. Un propos du Prophète (saws) rapporté par Anas nous informe que :
« Cinq comportements font rompre le jeûne : le mensonge, la calomnie, les propos malveillants, le serment fallacieux et le regard de convoitise. »

- Il s'ensuit de ce hadith que la seconde disposition à adopter pour réaliser le siy?m al khus?s est de retenir la langue du bavardage, du mensonge, des propos indécents, de la contradiction, etc. Le Prophète (saws) a dit : « Assurément, le jeûne est protection. Quand l'un de vous jeûne, qu'il ne tienne pas de propos indécents et qu'il ne vocifère pas. Et si quelqu'un l'agresse ou l'injurie qu'il dise : « je jeûne, je jeûne. »(1)

- La troisième disposition consiste à ne pas écouter ce qui est réprouvé, notamment la médisance. Le Prophète (saws) a précisé sur ce point : « le médisant et celui qui prête l'oreille sont associés dans le péché. »

- La quatrième disposition du jeûne de l'élite consiste à empêcher les membres, tels que les mains et les pieds, de pécher et d'accomplir des actes réprouvés.

- La cinquième disposition consiste à ne pas absorber beaucoup de nourriture au moment de la rupture du jeûne le soir, et à ne pas remplir l'estomac. En effet, le jeûne n'aurait pas de signification si on le rompait avec ce qui est interdit, à savoir l'excès de nourriture en compensant tout ce qui n'a pas été absorbé dans la journée. L'esprit du jeûne, son secret, est de réduire les forces et les moyens d'accès habituels du Shayt?n. Pour ce faire il ne faut manger à la rupture que ce que l'on mange habituellement en un repas. Le bon comportement consiste à ne pas dormir beaucoup pendant le jour afin de ressentir la faim et la soif et de prendre conscience de l'affaiblissement des forces, car c'est alors que le cœur se purifie. Il faut s'efforcer aussi de garder le plus longtemps possible, chaque nuit, une certaine faiblesse du corps afin de rendre légères nos dévotions nocturnes. Il devient possible de ce fait de ne plus sentir le Shayt?n tourner autour de son cœur, et d'être en mesure de considérer le Royaume du Ciel et la Nuit du décret prédestiné (laylat al-qadr). En conclusion de cette cinquième disposition, les gens de science disent que « Quiconque met entre son cœur et sa poitrine un sac plein de nourriture reste voilé ».

- La sixième et dernière disposition qui rend le siy?m al khus?s parfait consiste, après la rupture, à ressentir crainte et espoir dans le cœur devant l'incertitude de savoir si le jeûne sera agréé de Dieu.

[Source : Ab? H?mid al-Ghaz?l?, « Kit?b asr?r al-sawm », traduit en français par Maurice Gloton sous le titre « Les Secrets du jeûne en Islam », éd. Albouraq, 2001].

(1) Rapporté par Abû Hurayra, cité par Bukhârî et Muslim.