Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournerons.

Ibn ‘Abbâs, que Dieu les agrée tous les deux (Ibn ‘Abbâs et son père), rapporte : « Quelqu’un demanda : « Ô Prophète, quelle est la meilleure personne auprès de laquelle on s’assoit ? » Il dit : « Celui dont la vue vous rappelle Dieu, dont les paroles ajoutent à votre science et dont les actes vous rappellent l’au-delà. » » rapporté par Abou Ya'lâ à  travers une chaîne authentique.

Ce hadîth s'applique parfaitement au maître spirituel Sidi Hamza al Qadiri comme nous l'avons bien connu qui a rejoint son Seigneur et bien aimé aujourd'hui à l'aube.

Sidi Hadj Hamza Al Qadiri fils de Sidi Al 'Abbâs petit fils du grand Mudjâhid Sidi Al Haj Al Mukhtâr a réuni en lui la noble lignée spirituelle qui remonte au Prophète Sidna Muhammad (paix et salut sur lui) , la transmission du secret de l'éducation spirituelle éclairée et équilibrée et la science religieuse authentique. 

Nous l'avons connu humble, aimant et respectueux scrupuleusement de la loi de Dieu. Les grands savants du monde musulmans sont venus "apprendre" de lui, nous nous rappelons du grand Muhaddith Sidi Abdelaziz Ibn Seddiq qui est venu prendre de lui la Voie, des grands savants d'Al Qarawiyyine, de Zaytouna , d'Al Azhar (tout récemment pendant ce dernier Mawlid Dr Yousri Jabr) et d'autres sommités qui ont tous témoigné de ses vertus et de ses valeurs nobles...

Il incarnait ce bel Islam d'Amour, de respect de l'autre et de paix dont nous avons grand besoin en ces temps troubles..."Ses Livres sont ses disciples". Il a éduqué plusieurs générations et les a amené vers le chemin du repentir sincère,du détachement de tout ce qui n'est pas Dieu et de l'Amour pur pour Dieu ,  Son Prophète (paix et salut sur lui) et même de toutes les créatures.  Parmi ses belles sagesses qui ont transformé notre vie: "Quand le coeur du disciple se purifie et s'illumine par l'invocation d'Allah, il ne voit dans le monde manifeste que Sa beauté, les créatures sont en réalité la porte et le voile". Il nous rappellait constament la nécéssité de purifier nos intentions (Ikhlâs) pour Allah," adore Allah comme si tu le voyais car certes si tu ne le vois pas, Lui te voit!"

C'est avec une immense tristesse et une grande affliction que nous avons appris la mort du cheikh de la zawiyya Al-Ouazania, Haj Mohamed Ben Moulay Taib Haidara. Le monde musulman a perdu une étoile de sagesse, de paix et de tolérance.


Bouleversée par cet événement tragique, la Tariqa Al-Qadiriyya Al-Boutchichiyya prend part à cette douleur. Au nom de son cheikh Sidi Hamza Al-Qadiri Boutchich et de tous ses disciples, la Tariqa Al-Qadiriyya Al-Boutchichiyya adresse ses plus sincères condoléances à la famille du défunt et aux adeptes de la zawiyya Al-Ouazzania.

 

 Sidi Hamza Qadiri Boutchich est né en 1922 à Madagh, à proximité de Berkane, dans le Nord-Est du Maroc. Il a grandi dans la zawiya de ses ancêtres et y reçut dés son jeune âge une éducation religieuse. Parallèlement, il commença à s’habituer aux travaux de la terre sous la direction de son père, Sidi 'Abbas Qadiri Boutchich, qui était devenu un grand propriétaire terrien.

Ses études s’étendirent sur seize ou dix-sept ans. Cette durée est nécessaire pour la maîtrise des sciences livresques conforme au système scolaire traditionnel musulman. La zawiya de Madagh était déjà depuis plusieurs générations une école coranique et certains des enseignants appartenaient à la tribu des Béni-Snassen, voire à la famille Boutchich.

alt

 


???? ?????? ???? ?? ?????? ???: ''????? ???? ?? ????? ?????? ????? ?? ???? ?? ??? ???? ?? ??? ???? ?? ??? ?????? ?? ??? ?? ??? ????? ??? ???? ???? ??? ???? ???? ????: ''?????? ??? ????? ?????? ??? ???? ??? ???? ??????''.

 

L’Imâm Muslim rapporte dans son Sahîh: le bien aimé Prophète (paix et salut sur lui) a dit:

«  les gens du Maghreb resteront triomphant pour la vérité jusqu’au jour du jugement »

 Sidi al-Hajj al-‘Abbas Qadiri Boutchich est né en 1890 à Bouyahyi au sud de Ahfir, dans le Nord-Est Marocain. À la mort de son père al-Hajj al-Mokhtar en 1914, Sidi ‘Abbas s'employa à faire fonctionner la zawiya de Madagh en compagnie de son grand frère al-Makki qui succèda à son père défunt dans la direction spirituelle de la confrérie Qadiriyya Boutchichiyya. Sidi 'Abbas s’occupait quant à lui des activités agricoles.


Ces dernières prirent une dimension relativement importante lorsqu’il devint le vice-président de la chambre Marocaine d’Agriculture d’Oujda, fonction qu’il occupera jusqu’en 1951 pour devenir délégué de cette même chambre au conseil du gouvernement. Parallèlement, et à la mort de son frère aîné Al-Makki en 1936, il continua le développement des locaux de la zawiya qui était jusque-là restée aux dimensions de la petite maison de son père, le cheikh Mokhtar, mort en 1914.