53749617 90a4c6b333 m

 

 

Sagesses et leçons du récit de l’ouverture de sa poitrine[1] 

 

     1- Le grand savant Ibn al-Munayyar a dit : « L’ouverture de sa poitrine – sur lui la grâce et la paix – et sa capacité à endurer cela est du même ordre que l’épreuve que Dieu infligea à celui qui fut offert en sacrifice[2] et qui endura celle-ci. Ce fut même plus pénible et plus éprouvant car le sacrifice ne fut que symbolique, tandis que l’ouverture de la poitrine s’est effectivement réalisée. De plus, elle s’est répétée à plusieurs reprises et s’est produite quand il était petit, orphelin et loin des siens.

 

 

     2- On interrogea le « Cheikh al-Islam » Abu? al-?asan al-Subki? - que Dieu lui fasse miséricorde – au sujet du morceau coagulé noir (alaqa sawda?) qui fut extrait du cœur du Prophète lors de l’ouverture de sa poitrine, et de la parole de l’Ange : « Ceci est la part [d’influence] du diable sur toi ». Il répondit : 

     « Dieu a créé dans le cœur de tous les hommes ce morceau (alaqa) qui les rend vulnérable (qa?bilatan) à ce que le diable y insuffle, tandis qu’il fut enlevé du cœur du Prophète, ne laissant plus aucun moyen au diable d’y insuffler quoi que ce soit. Tel est le sens du ?adi?th. Le diable n’eut alors plus aucune influence sur lui. Quant à la chose que l’Ange a expulsée, elle concerne la nature humaine en tant que telle. La partie vulnérable (qa?bil) fut retirée, et pourtant sa présence n’impliquait pas nécessairement la projection de suggestions diaboliques dans son cœur. » On lui demanda : « Mais pourquoi Dieu a-t-il créé cette partie vulnérable dans ce noble être, alors qu’il aurait tout aussi bien pu ne pas la créer en lui ? » Il répondit :

     « - Elle est une composante de l’être humain ; elle a été créée pour compléter la structure humaine et elle a donc sa place nécessaire. Son extraction relève d’un miracle seigneurial survenu inopinément.

     Un autre a dit : Si Dieu avait créé Son Prophète ainsi, les êtres humains n’auraient pas eu connaissance de sa réalité intérieure – sur lui la grâce et la paix. Dieu l’a donc remis aux mains de Gabriel (Jibra?’i?l) afin qu’ils réalisent la perfection de son intérieur tout comme leur apparaissait la perfection de sa forme extérieure.

     3- Le Cheikh Abu? Mu?ammad b. Abi? Jamra[3] a dit : « La sagesse contenue dans le récit de l’ouverture de sa poitrine, en considérant que son cœur aurait pu se remplir de foi et de sagesse sans cette ouverture, est de renforcer sa certitude, car il reçut l’assurance, en voyant l’ouverture de sa poitrine sans en être affectée, d’être protégé de tous les périls ordinaires. C’est pourquoi il était le plus courageux des hommes en acte et en parole, et c’est pour cela que le Très-Haut l’a décrit de la manière suivante : « Le regard ne se détourna point et ne trahit point » [53 :17].

 

     4- Concernant la leçon à retirer du fait que cet évènement ce soit produit plusieurs fois, le ?a?fi? Ibn ?ajar [al-‘Asqala?ni?] – que Dieu lui fasse miséricorde – a dit, après avoir mentionné la première, la troisième et la quatrième ouverture : « En chacune des trois, il y a une sagesse. La première eut lieu lors de son enfance pour qu’il grandisse dans les plus parfaits états d’impeccabilité à l’égard du diable ; ensuite, cela se produisit au début de sa mission prophétique, pour l’honorer davantage et afin qu’il reçoive ce qu’il lui était révélé avec un cœur fort, dans les plus parfaits états de purification ; enfin cela se produisit juste avant l’ascension céleste pour qu’il se prépare à l’aparté [avec Dieu].

     Le ?a?fi? al-Sha?mi? a dit : « On m’interrogea au sujet de la sagesse contenue dans la deuxième [ouverture de sa poitrine] malgré le fait qu’il [Ibn ?ajar al-‘Asqala?ni?] l’ait déjà mentionnée de manière catégorique dans le Kita?b al-taw?i?d [de son Fat? al-ba?ri?]. On peut faire l’hypothèse suivante : Lorsqu’il eut atteint l’âge de huit ans, qui est l’âge de raison et des responsabilités religieuses, sa poitrine – sur lui la grâce et la paix – fut ouverte et sanctifiée, afin qu’il ne soit pas entaché de quelque vice qu’on attribue au commun des hommes, et Dieu est plus savant. »

     Le ?a?fi? Ibn ?ajar – que Dieu lui fasse miséricorde – a dit : « Il est probable que le sens profond (littéralement : la sagesse) du lavage [de sa poitrine] soit d’affirmer avec plus de force la perfection de la purification, qui se réalise à la troisième fois, comme le veut sa Loi – sur lui la grâce et la paix ».[4]

     Ibn Abi? Jamra – que Dieu lui fasse miséricorde - a aussi dit : « Le lavage de son cœur – qui était déjà sanctifié et apte à recevoir le bien qui devait y être projeté, et qui avait déjà été lavé une première fois et débarrassé du morceau [impur] quand il était enfant – fut opéré par vénération pour lui et en préparation pour ce qui allait lui être révélé là-bas – c’est-à-dire lors de l’ascension céleste. On retrouve cette sagesse dans d’autres situations, comme les ablutions avant la prière rituelle pour ceux qui disposent d’un point d’eau, car en vérité les ablutions ne sont rien d’autre qu’une vénération et une préparation à se tenir devant le Très-Haut et à s’entretenir avec lui. C’est pour cela qu’on ajoute [un troisième lavage des membres] après le premier et le deuxième, bien qu’un seul lavage soit suffisant pour rendre l’ablution valide : la troisième fois est une marque de vénération. C’est pour la même raison que l’intérieur [du Prophète] fut lavé.  

     Dieu a bien dit : « Celui qui prend en haute considération les prescriptions divines (sha‘a?’ir Alla?h) : Cela fait partie de la piété des cœurs. » [22:32]. Or le lavage pour le Prophète était de cet ordre-là, et une indication par l’action pour sa communauté de prendre en haute considération les prescriptions de Dieu, comme Il le leur avait spécifié par la parole.

 

     Al-Burha?n al-Nu‘ma?ni? - que Dieu lui fasse miséricorde - a dit : « S’il est bon d’accomplir la purification par lavage (?usl) avant d’entrer dans le Territoire sacré de la Mecque, que dire de l’entrée dans la Présence Sainte ? Ainsi, puisque le Territoire sacré de la Mecque fait partie du monde physique (a?lam al-mulk), qui est la face extérieure des choses créées, la purification par lavage s’applique à l’extérieur du corps, dans le monde des relations [avec les humains]. Et puisque la Noble Présence est du domaine du Monde spirituel (a?lam al-malaku?t), qui représente la face intérieure des choses créées, la purification par lavage s’applique à l’intérieur du corps, dans les réalités spirituelles. Le Prophète fut élevé au ciel pour que [les modalités de] la prière rituelle lui soient montrées, et pour qu’il l’accomplisse avec les Anges des cieux ; or, la purification fait partie des conditions de la prière rituelle, c’est pourquoi il fut sanctifié extérieurement et intérieurement. Maintenant, si tu dis : « Dieu le Très-Haut l’a créé en tant que lumière passant de prophètes en prophètes, or la pureté de la lumière implique qu’elle se passe de la purification extérieure ; le premier lavage n’avait-il pas été suffisant pour purifier l’intérieur, pour qu’il y ait nécessairement en lui après l’avènement de la prophétie une chose qui nécessite [un autre lavage], alors qu’il est exempt des souillures humaines ? » Je répondrai ceci : La première fois fut pour la science de la certitude, la seconde pour l’œil de la certitude et la troisième pour la vérité de la certitude. » 

 

     5- Al-Suhayli? a dit : « L’or (?ahab) a été choisi[5] en raison de la relation existant entre cette matière et le sens qu’il vise : si l’on considère le mot ?ahab (« or »), on s’aperçoit qu’il est en correspondance avec al-?aha?b (« s’en aller, disparaître »). Dieu voulu ainsi faire disparaître toute souillure du Prophète et le purifier parfaitement. Si l’on considère maintenant le sens et les qualités de l’or (?ahab), on s’aperçoit qu’il est la matière la plus propre et la plus pure. »

 

     6- Du lavage de son cœur – sur lui la grâce et la paix – avec l’eau de zamzam, on déduit qu’elle est la meilleure eau. L’imam al-Bilqi?ni? l’affirme de manière catégorique.

     Ibn Abi? Jamra a dit : « S’il n’a pas été lavé par l’eau du paradis, c’est seulement parce que l’eau de zamzam provenait [elle-même] du Paradis avant d’avoir été amenée sur terre ; le but étant de souligner par là la permanence de la bénédiction du Prophète sur la terre. »

     D’autres que lui ont dit : « L’eau de zamzam fut à l’origine léguée à Isma?‘i?l – sur lui la paix – et il fut élevée avec elle ; son cœur et son corps grandirent nourris de cette eau si bien qu’il en devint le gardien, ainsi que le gardien de cette Ville bénie. Pour cette raison, il convenait qu’il en soit de même pour son descendant, le sincère et le digne de confiance. Et pour indiquer que cette charge serait toujours spécialement associée à Isma?‘i?l, lorsque l’autorité revint au Prophète lors de la conquête de la Mecque, il confia à al-‘Abba?s et à ses descendants la charge d’abreuver les pèlerins, tandis qu’il confia la charge de couvrir la Ka‘ba à ‘U?ma?n b. Abi? Shayba et à sa postérité jusqu’au Jour de la Résurrection. »  

 

     7- Le lavage de sa poitrine avec de l’eau provenant de la neige et de la glace – outre le fait qu’elle est un remède et qu’elle n’est pas troublée par des morceaux de terre, celle-ci étant le lieu des souillures et des impuretés – est un signe que l’époque allait devenir brillante pour lui et sa communauté, et propice au rayonnement de sa Loi éclatante et de sa Sunna. C’est aussi une allusion à la « fraîcheur de son cœur »[6] – c’est-à-dire à son épanouissement - découlant du triomphe et de la victoire sur ses ennemis, et un signe annonciateur de la douceur de son cœur – ou de son caractère pacifique - envers sa communauté, [qu’il manifestera] en leur pardonnant et en passant outre leurs fautes.

     Ibn Du?ayya a dit : « Son cœur fut lavé avec de la neige pour indiquer la transmission de la fraîcheur de la certitude dans son cœur. Le Prophète avait l’habitude de dire, entre la formule d’entrée en prière (takbi?r) et la récitation [de la Fa?ti?a], l’invocation suivante : « Ô mon Dieu, lave-moi de mes fautes par la neige et la glace. » Le Très-Haut voulut donc que son cœur soit lavé avec une eau en provenance du Paradis, dans une bassine d’or contenant la foi et la sagesse, afin que son cœur connaisse le parfum du Paradis et découvre sa saveur, et qu’il soit ainsi plus détaché à l’égard de ce bas monde et plus soucieux d’appeler les créatures au Paradis. De plus, ses ennemis répandaient des propos infondés sur son compte, c’est pourquoi Dieu voulut chasser loin de lui les affectations liées à la nature humaine comme l’oppression du cœur et les mauvaises paroles proférées par ses ennemis ; alors son cœur fut lavé pour que sa poitrine s’en trouve élargie et que l’oppression le quitte, comme Il l’a dit dans Son Livre : « Nous savons que ton cœur est oppressé à l’audition de leurs propos. » [15:97]. Puis son cœur fut lavé une autre fois et il atteignit l’état qui lui fit dire, alors qu’il était frappé, blessé à la tête ou les dents cassées – comme le jour de U?ud : « - Ô mon Dieu ! Pardonne à mon peuple car ils ne savent point. »

 

     8- Les savants ont divergé sur la signification de la « sagesse » (?ikma) [dans ce ?adi?th] : Certains ont dit qu’elle désigne la science qui inclut la connaissance divine, l’acuité de la vue intérieure, l’éducation de l’âme et la réalisation de la Vérité pour l’appliquer et délaisser son contraire ; le sage est celui qui acquiert cela. L’imam al-Nawawi? a dit : « C’est la meilleure définition qui nous soit parvenue d’entre de nombreuses paroles. »

     La sagesse peut aussi être un synonyme du Coran, qui englobe toutes ces choses mentionnées, comme elle peut aussi être un synonyme de la prophétie, ou elle peut désigner seulement la science, ou seulement la connaissance, ou autre chose.

     Le ?a?fi? Ibn ?ajar a dit : « Le plus juste qui a été dit à ce sujet est qu’elle désigne le fait de mettre chaque chose à sa place, ou bien la compréhension du Livre de Dieu. » Dans la première explication la sagesse peut exister sans la foi, tout comme elle peut ne pas exister (sans elle]. Dans la seconde, elles doivent être à priori étroitement liées parce que la sagesse est un signe de la foi.   

     

 

     

 



[1] Extrait des Dhakhâ'ir al-Muhammadiyya du Cheikh Muhammad ibn 'Alawî al-Mâlikî.

[2] Allusion à Ism?‘?l qui fut sur le point d’être sacrifié par son père Ibr?h?m sur ordre de Dieu.

[3] Soufi andalou enterré à Qar?fa, en face de la tombe du célèbre soufi Ibn ‘A?? All?h.

[4] De même que les ablutions (wu?u?’) sont rendues plus parfaites en lavant trois fois les membres du corps, la purification du cœur du Prophète fut parachevée par le lavage à trois reprises.

[5] La bassine dans laquelle le morceau noir fut lavé était faite d’or.

[6] ?ul?j ?adrihi.