alt

La patience : ses vertus et ses mérites

Allah – exalté soit-Il – dit : «  Nous vous éprouverons quelque peu par la faim, la peur, la perte de vos biens et de vos récoltes et dans vos personnes ; et annonce la bonne nouvelle à ceux qui sont constants. Ceux qui lorsqu’un drame s’abat sur eux disent : nous appartenons à Allah et c’est cers Lui que nous retournerons. Ceux-là, les bénédictions et la Miséricorde d’Allah se répandent sur eux et ils sont les biens guidés » (Al Baqara 155 à 157)

D’après Abou Horeira – qu’Allah l’agrée – le Prophète (bénédictions et salut sur lui) a dit : « Celui à qui Allah veut du bien, Il le met à l’épreuve. » (rapporté par Al Boukhari)

D’après Abou Horeira – qu’Allah l’agrée – le Prophète (bénédictions et salut sur lui) a dit aussi : « Les malheurs ne cesseront d’atteindre le croyant et la croyante dans leur personne, leurs enfants et leurs biens, jusqu’à ce qu’ils rencontrent Allah absous de tout péché. » (rapporté par Thirmidi)

et aussi «  Tout ce qui afflige le musulman qu’il s’agisse de fatigue, de maladie, de soucis, d’affliction, de préjudice et de peines , y compris, l’épine qui le blesse seront autant de raisons pour qu’Allah efface ses péchés. »

 

 

Définition de la patience

Mais qu’est-ce que la patience ? Comment arriver à se revêtir de cette noble qualité ?

Le mot arabe « SABR » traduit le fait de conserver, empêcher, demeurer ou encore emprisonner. Il s’agit de la capacité de se contenir, de rester maître de soi face à des évènements qui d’ordinaire déstabilisent l’homme.

Pour le croyant la patience lui confère de nombreuses vertus et mérites auprès de Son Seigneur. En effet Allah – exalté soit-Il – dit « Ô croyant ! Armez-vous de patience. Rivalisez de constance. Soyez vigilants et craignez Allah puissiez vous atteindre la réussite » (sourate 3 :200)

Mais aussi : «  Par le Temps, l’humain est certainement en perdition, à l’exception de ceux qui ont la foi, pratiquent les bonnes œuvres, qui se conseillent mutuellement la vérité et qui s’exhortent à la patience.»        (sourate Al ‘Asr)

Le patient fait donc parti des biens guidés et de ceux qui ont bénéficié de la réussite du monde d’ici-bas et de l’au-delà.

Il bénéficie aussi de la proximité divine et de l’appui divin :

« Certes Allah est avec les patients » (Al Anfal : 47)

Le patient est celui qui accepte le décret divin. Il a la conscience que ses épreuves lui viennent de Son Maître et qui c’est à Lui qu’il appartient.

Le Sheikh Ibn Atta Allah al Iskandari a dit dans une de ses sagesses :

« Que le poids de tes épreuves soit allégé par le fait de savoir que c’est Lui qui t’éprouve. Car Celui dont les décrets t’assaillent est aussi Celui qui d’ordinaire choisit pour toi le bien »

À travers la patience, le croyant fait accepter à son nafs (âme charnelle), ce que d’ordinaire elle répugne et la contraint d’accepter le bon vouloir divin

Les domaines de la patience

On peut distinguer trois domaines dans lesquels le croyant doit s’exercer à la patience et la persévérance :

- L’endurance face aux épreuves et difficultés de la vie

- La patience dans l’obéissance d’Allah : il s’agit là d’empêcher son âme de commettre des interdits

- La constance dans la pratique dévotionnelle et dans le chemin vers Allah.

La patience dans le Coran

Le Saint Coran donne de nombreux exemples à méditer concernant la patience dont en voici quelques-uns :

Sourate al Kahf (la caverne) : «  Et fait montre de patience en demeurant avec ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir par désir de Sa Face . »

Dans ce verset, Allah – exalté soit-Il – exhorte Son Envoyé (bénédictions et salut sur lui) à la compagnie des invocateurs (ahlu sufa, les gens du banc) qui sont les cheminant vers Allah, (désirant Sa Face), ceux qui à tout moment souhaitent la rencontre de leur Seigneur.

Dans la même sourate, il y a la rencontre entre le Prophète siduna Moussa et siduna Khidr, que les maîtres soufis ont retenu pour illustrer l’attitude que le disciple doit avoir avec le maître. Ainsi l’imam Ahmad ibn Ajiba (qu’Allah l’agrée) dit dans son exégèse coranique à ce propos : «  … Leur chemin (celui des soufis) repose sur le silence et la soumission, à tel point que s’il (le disciple) pose la question à son maître « pourquoi ? », il ne réussira jamais … »

Pour expliquer cette attitude de patience dans la compagnie du maître-éducateur, l’Imam Al Qushairi (qu’Allah l’agrée) a dit dans ses lettres : « Il n’appartient pas au novice de dire à son maître « pourquoi ? », tout comme à l’élève de dire à son professeur ou à l’homme du commun de dire à l’homme de science au sujet de sa réflexion et son jugement « pourquoi ? comment ? ». »

Les signes de la patience

Les signes extérieurs de la patience peuvent être visibles aux premiers instants d’une tragédie ou d’une difficulté.

D’après Anas (qu’il soit agrée) a rapporté le hadith suivant : «  Le prophète (bénédictions et salut sur lui) passa un jour à côté d’une femme qui pleurait devant une tombe et lui dit « Crains Allah et fais preuve de patience ». La femme qui n’avait pas reconnu le Prophète lui répondit : « Laisse moi tranquille, tu n’as pas endurer ce que j’endure ! » Peu après elle fût informée qu’il s’agissait du Messager d’Allah. Elle vint le voir chez lui et s’excusa quant à son comportement devant la tombe disant « Je ne t’avais pas reconnu ». Le Prophète lui dit : « C’est devant le premier choc que l’on fait preuve de patience ».

Une parole du Prophète bien aimé rapporté par al Boukhari et Mouslim, nous dit aussi : «  Celui qui veut être patient, Allah le rend patient »

C’est-à-dire que celui qui s’exerce et s’entraîne à la patience avec volonté et une forte intention, Allah l’assiste et l’aide à le devenir. Et cela est une règle générale pour tout caractère noble, qui ne sont pas acquis d’avance mais s’obtiennent avec travail et persévérance.

La patience chez les maîtres soufis

« La patience est l’abandon de la plainte. » Jalal din RUMI

«  C’est lorsqu’il n’y a plus de différence entre l’état de grâce et celui de l’épreuve. » Doul noun al Misri

« La patience c’est d’avaler ce qui est amère sans grimacer »

«  La patience c’est d’entraîner sa personne à franchir les choses que l’âme déteste. » Abou Al Qassim Al Junayd

 

Qu'Allah nous accorde la patience comme Il l'a accordé à Ses Envoyés et Ses Elus, qu'Il fasse de nous des croyants et des croyantes dignes de Son agrément et Sa satisfaction.

Et que Sa Prière et Son Salut demeurent à jamais sur Son Bien Aimé ainsi que sur sa famille, sa descendance et ceux qui cheminent sur leurs pas.