On raconte qu'un homme avait parcouru les terres à la recherche du maître spirituel réalisé qui pourra le prendre en charge et l'aider pour cheminer vers Allah. Il avait laissé derrière lui la richesse, et le luxe de la vie pour chercher la purification du cœur et vaincre l'âme charnelle.

 

Après des années de quête spirituel, un majdhûb lui indiqua un jour l'endroit où se trouve le maître tant recherché (le pôle, le souffre rouge) qui transforme les cœurs….

Il trouva un vieil ivrogne qui buvait et insultait les passants….

Il se mit à genoux devant lui et lui dit : « ô mon maître, je viens vers toi de très loin et je me soumets entièrement à ta volonté »

L'ivrogne surpris et moqueur, et surtout voyant la naïveté du jeune homme, répliqua : « va mon fils, il y a un champ à moi, tu dois le cultiver durement et m'apporter les bénéfices des moissons chaque année »

Le disciple baissa la tête et commença aussitôt son nouveau travail, il croyait fort en son maître et considérait ce travail comme un « wird ».

Les années passèrent, le disciple travaillait toujours avec la même ardeur et avec de plus en plus de ferveur.

Un jour, il entendit les villageois crier : « le maître agonise ! Le maître est mourant !»

Il courut aussitôt, les larmes aux yeux voir son bien-aimé maître….

Il y avait beaucoup de monde…Le maître voulait désigner un héritier qui héritera de son secret et sera maître après lui.

Les grands disciples étaient autour de lui, chagrinés et attentifs…Le jeune homme s‘approcha, et, stupeur ! Ce n'est pas l'ivrogne ! Il découvre un autre homme, beau, majestueux avec une grande barbe blanche. Il avait le sentiment affreux d'avoir perdu des années de sa vie…

Le maître lui fit signe de s'approcher et annonça à ses disciples : « Voici mon héritier, il n'y a pas dans ce monde plus sincère que lui »

  Source : nuzhatu al-hâdî fî akhbâr mulûki al-qarni al- hâdî et hilyat al-awliyâ