alt

'A'isha al-Marwuziyya (Xème siècle)

Elle vint trouver Abu 'Uthman [al-Hiri], qui l'accueillit chez lui quelque temps.

J'ai entendu 'A'isha dire: "Celui qui n'a pas eu le désir le proclamer la grandeur de Dieu (takbir) à l'ouverture de la prière et de le faire en communauté, celui-là a très peu d'aspiration à la prière."

J'ai entendu Abu Muhammad dire qu'il avait entendu 'A'isha dire : "La raison ('aql) du Connaissant est le miroir de son coeur, son coeur est le miroir du croyant des son âme, son esprit est le miroir de son intellect, son secret est le miroir de son esprit; la réussite réside dans la lumière illuminant ce miroir, on peut différencier le vrai du faux."

J'ai entendu Abu Mansur Muhammad b. Ahmad b. 'Abdan al-Marwuzi dire dire qu'il avait lui-même entendu 'A'isha dire: "Jamais je n'ai mangé quoi que ce soit dont je ne me réjouisse, excepté ce que j'ai mangé en compagnie d'un indigent, ou à la manière d'un indigent, ou en contemplant nu indigent."

Je l'ai entendu dire également qu'il avait entendu 'A'isha qui disait : " Pas un des héros (fityan) n'a pensé à moi, quel que soit le lieu où il se trouve, sans que je n'aie ressenti en mon for intérieur une lumière, jusqu'à ce qu'il vienne me trouver. Si j'arrive à le servir dignement et à subvenir à ses impératifs, cette lumière devenait pour moi parfaite; si, au contraire, je négligerai son service, elle s'éteignait."

 

 

In "Femmes Soufies" de Sulami

manuscrit

 Le cheikh Darqawi qui a vécu au XIXème siècle au Maroc dans la lettre 232 de ses lettres au Prophète a dit :

L'authentique pierre philosophale - ô aspirant -, celle qui transforme véritablement les êtres, celle par laquelle l'homme peut maîtriser son ego, les hommes et les djinns, est inconnaissable par le seul mental et elle apporte le bien en ce monde et dans l'Autre. Elle est constituée par ce que nous a apporté l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction sur lui) par ce verset : " Ce que l'Envoyé vous apporte , prenez-le, et ce qu'il vous interdit, abandonnez-le" (Coran 59, 7)

jardin d'une mosquée

La demeure du goût spirituel

 

Le goût (al-dhawq) est l'appréciation par le sens intérieur et extérieur de ce qui est convenable et de ce qui est incompatible. Mais il faut noter que ce terme n'est pas entendu au sens gustatif dans la langue du Coran et celle des arabes.

 

Il est rapporté dans les recueils de hadiths authentiques que le Prophète (que la paix et la bénédiction soit sur lui) a dit :

"Goûte à la nourriture de la foi celui qui agrée Dieu comme Seigneur, l'Islam comme religion et Mohammed comme messager."

Il a donc indiqué que la foi a une saveur et que le coeur la goûte comme la bouche goûte la nourriture et la boisson.

 

alt

Sagesse céleste: commentaires des Hikam par Cheikh al 'Alawi (Editions La Caravane)

Titre original:  Al-Mawâdd al-ghaythiyya an-nâshi’a ‘an al-hikam al-ghawthiyya « Les substances célestes extraites des aphorismes de sagesse de l’intercesseur divin ».

 

 

 

Les Mawâdd al-ghaythiyya an-nâshi’a ‘an al-hikam al-ghawthiyya sont l’œuvre la plus volumineuse du cheikh al-‘Alawî et constituent un authentique traité de soufisme contemporain à destination de ses disciples et, plus généralement, des adeptes de cette tarîqa d’origine shâdhilî. Cet ouvrage est un commentaire des hikam de Sîdî Abû Madyan (mort en 594/1198), le célèbre soufi originaire de Séville et enterré à proximité de Tlemcen, en Algérie.