Chaque année, à l'arrivée  du mois béni de Rabiî I (mois de la naissance du prophète paix et salut soient sur lui), le sujet de la commémoration de la naissance du prophète paix et salut soient sur lui (mawlid) resurgit et suscite un débat sur le statut légal de cette commémoration.

 

Force est de constater que, de nos jours, nombre de musulmans se posent des questions quant à la validité de la célébration du mawlid. Pourtant cela ne fait aucun doute que la commémoration de cet événement est une œuvre fortement recommandée et ce, pour les raisons suivantes :

 

 

  1. Cette fête permet de renouveler les sentiments d’amour envers le prophète paix et salut soient sur lui. Un amour qui représente une condition pour parfaire sa foi, selon ce que Muslim et Al Bukhari ont rapporté dans le hadith authentique du prophète paix et salut soient sur lui où il dit : « Aucun d'entre vous n'a véritablement la foi, à moins qu'il ne m'aime plus qu'il n'aime son père, ses enfants et tous les hommes ». Les compagnons n’avaient pas besoin de fêter sa naissance car il était encore parmi eux. De nos jours, cette commémoration est d’autant plus indispensable que nous nous sommes de plus en plus éloignés de son enseignement et des valeurs nobles qu’il a tachées de transmettre. 
  2. Le prophète paix et salut soient sur lui a été, lui-même, le premier à avoir fêté sa naissance. En effet, Muslim a rapporté dans son authentique que le prophète paix et salut soient sur lui faisait le jeûne chaque Lundi. Quand le prophète a été interrogé sur cela, il a répondu en disant : « C’est un jour où je suis né ». Ainsi, le prophète paix et salut soient sur lui commémorait le jour de sa naissance par le jeûne. La commémoration peut être également effectuée par toute sorte d’adoration comme l’invocation de Dieu et la prière sur le prophète paix et salut soient sur lui ainsi que la lecture du coran et la récitation de sa biographie et de ses nobles qualités.
  3. De plus, Allah le très haut dit : « Dis : Ceci provient de la grâce d'Allah et de sa miséricorde ; Voilà de quoi ils devraient se réjouir. C'est bien mieux que tout ce qu'ils amassent » (Yûnus, 58). Ibn Abas, l’interprète du Coran, qu’Allah les agrée a dit : la grâce d’Allah est la science et sa miséricorde est le prophète Mohamed paix et salut soient sur lui. Dieu dit à ce sujet : « Nous ne t’avons envoyé qu’en tant que miséricorde pour les univers » (S10, 58). Il s’agit donc d’une injonction claire de Dieu pour se réjouir de la miséricorde de Dieu incarnée dans le personnage du prophète paix et salut soient sur lui et la commémoration de sa naissance est une des modalités pour s’en réjouir. 
  4. Al Bukhâri rapporte dans son authentique un autre hadith relatant une longue histoire selon laquelle ’Abû Lahab ([1]) fut si heureux par la naissance de ce dernier qu’il affranchît son esclave Thuwaybah quand elle lui annonça la bonne nouvelle et que pour cela Allah allège son châtiment en Enfer chaque Lundi (le jour de sa naissance). Ibn Jazri, en commentaire de ce hadith, dit : « Si un mécréant qui a été condamné dans le Coran, est rétribué chaque Lundi pour avoir été heureux de la naissance du prophète paix et salut soient sur lui, qu’en est-il alors du musulman ? ». Le savant (hafidh) Shamsuddîn Muhammad Ibn Nâsir dit également dans ce sens : Si pour un mécréant condamné dont les deux mains en Enfer périront éternellement, il est établi que le jour du lundi le châtiment lui sera allégé pour sa joie pour Ahmad, que penser alors du serviteur qui, toute sa vie, fut heureux par Ahmad et mourut monothéiste ? ».

 

Saveurs Soufies - la rédaction


([1]) : Abû Lahab est un oncle du prophète paix et salut soient sur lui qui fut mécréant et qui ne crut guère à son message. Il affligea tant de malheurs au prophète ce qui lui coûta une menace du châtiment citée dans le Coran : « Que périssent les deux mains d'Abu-Lahab et que lui-même périsse. Sa fortune ne lui sert à rien, ni ce qu'il a acquis. Il sera brûlé dans un Feu plein de flammes ».